marie dekerle

 

MYTH AND POETICS  IN OUTREVILLE

Marie Dekerle's painting 

MYTHE ET POÉTIQUE  EN OUTREVILLE

La peinture de Marie Dekerle   

 
 
 
Text written by - Texte de
 
Marie-Ève Piel
Professor of Literature
Professeure agrégée de Lettres
01_dekerle_marie_outrevilleI_md
02_dekerle_marie_tribune_md
03_dekerle_marie_outrevilleII_md
04_dekerle_marie_steleII_md
05_dekerle_marie_steleIII_md
06_dekerle_marie_steleI_md
07_dekerle_marie_agoraI_md
08_dekerle_marie_agoraII_md
09_dekerle_marie_agoraIII_md
10_dekerle_marie_dizzyII_md

 

1. A fascinating and disturbing vision of contemporary cities 

 

From suggested vanishing lines towards the horizon, from violent contrasts, from a rich blue palette, from chiaroscuros, from a multiple of lights, arises in Marie Dekerle’s oil paintings the fascinating and disturbing vision of contemporary cities: New York, Hong Kong, Dubai, or perhaps Paris business district.

 

Her oil paintings, semi-figurative and beautiful transfigurations of her literary background, deal with light. Through a superposition of glaze layers in infinite revealing modulations, result of a slow and meticulous work, Marie raises questions such as the weariness of the image, and the human condition in the light of human’s relationship to their urban environment. Her pictorial research questions the role of art in a Society where, with the new digital technologies, the image has become both omnipresent and devalued. An immaterial and spiritual presence emerges from her semi-figurative painting, through and beyond the subtle representation of reality, from which the tentacular cities of present and future worlds can be discerned.

 

2. Civilization and humanity, from their first stammerings to the deafening silence of our megalopolis

 

To follow Marie Dekerle’s intellectual background since her studies of literature to Outreville (the set of cityscapes shown today at Prigorja museum and the cultural French Institute of Zagreb), it is, to a certain extent, like going from the Alpha to the Omega, or considering civilization and humanity from their first stammering to the deafening silence of our megalopolis. While she was a student, the painter focused on the diversity of Indo-European languages, on what brought them together, what distinguished them, in other words, on the richness of languages yet to become and on their relationships with the societies which generated them. But her work as publisher, her knowledge in management and economy let her see differently Societies surrounding her. If, in the antique or primitive world, societies were differentiating, potentially characterizing linguistics evolutions and their significant differences, the painter observes today the present phenomenon of globalization, which tends to erase differences, and offer everywhere the same picture, and the same language. Marie Dekerle’s oil paintings reflect this evolution, which translates into resonances and troubling similarities: the artworks echo each other, but vary by the choice of colors, contrasts and shapes of the cities, « each time neither totally the same, nor totally another ».

 

In Outreville, no immediately visible human presence, no noise, silence. If the first civilizations needed images in order to write, transcribe discourse, exchange or create dreams, the present world, overfed with images , to the point of reaching indigestion, uses them conversely, to substitute the discourse, the exchange, and thus creates silence inside societies.

 

3. A hidden, mute, invisible but a certain presence

 

The visitor expected solid, perhaps concrete-heavy and brutal architecture of modern buildings. He discovers a world of windows, where walls disappear. Where are the solid Mycenaean defensive walls? The painter, through her representations of the cities of today, alerts us, but simultaneously leads us to a quasi dreamlike universe, and compensates by the diversity of colors that she illuminates, the frightening silence of a fragile world intended to disappear, suggested by the transparency of oil glazings and their run-outs.

 

However, in these ominous cities, life exists, omnipresent, but only suggested. Everywhere, ‘fires’ signal its presence, ‘fires’, through the bright squares or rectangles of windows, through an effect of chiaroscuro, betray the hidden, mute, invisible but a certain presence. The visitor is appeased: ‘Life is there, simple and quiet’. The strength of the light comes from the depth of a canvas that the artist first coated with a bright and luminous color, to then gradually create, by layers of many glazings, the obscurity and contrasts of a nocturnal vision. The strength of the light lets us see the bustling multitude of big cities.

 

4. Myth and poetics of the city en Outreville

 

The effect of chiaroscuro leads, through landscape vanishing lines, to a kind of sidereal infinity that is unique to the painter and her artworks. Through impression of remoteness, of distance, that she gives to her vision of contemporary cities, the painter creates fascination, dreams and projects the visitor into another universe, an answer to anyone’s concerns and expectations. A link is being established between the visitor and canvas. The spectator may become dizzy, and shall remain under the charm of these successive visions, giving life and soul to the city Poetics. The painter translates colors, looks for harmonies, animates luminous ranges, makes them vibrate, sing, through the superimposition of glacis. ‘Ut pictura poesis’ teaches the latin Poet Horace, who makes close connection between painting and poetry, a principle that Marie Dekerle artwork illustrates masterfully.

 

The shades and the pigments used distinguish these images, but the various illuminated windows make the hearts of invisible crowds beat to the same heartbeat, for these diverse evocations to merge together to form a single image. Raised with the classical literature, with the artworks of Homer, Virgil and the great classical authors, Marie Dekerle dreamt the Ancient Troy, the classical Athens, the triumphant Rome, and it is therefore understandable that, through her paintings, she creates a contemporary but idealized image of The City, imbued with the memory of the Antique. Like the phoenix rising from the ashes of its past, the eternal city resurrects and now becomes The City, urban myth created by the brush of the painter of light.

1. Une vision fascinante et inquiétante des cités d'aujourd'hui

 

     Des lignes de fuites suggérées jusqu’à l’horizon, des contrastes violents, des camaïeux où domine le bleu, des effets de clair-obscur, de la multitude de petites lumières souvent groupées, parfois isolées, naît, dans les huiles sur toile de Marie Dekerle, la vision fascinante et inquiétante des cités d’aujourd’hui, New York, Hong Kong, Dubaï peut-être, ou simplement le quartier de La Défense à Paris.

 

Ses peintures à l'huile, semi-figuratives et véritables transfigurations de ses acquis littéraires, portent sur la lumière. Fruits d’un lent et minutieux travail, où se superposent les couches de glacis en infinies modulations révélatrices, elles posent la question de l’épuisement de l’image et celle de la condition humaine dans son rapport à l’environnement urbain. Sa recherche picturale interroge le rôle de la peinture dans une société où, sous l’effet de nouvelles technologies, l’image est à la fois omniprésente et appauvrie. De sa peinture semi-figurative, à travers et au-delà de la réinterprétation subtile du réel, où se devinent Les villes tentaculaires des mondes actuels et futurs, se dégage une présence, immatérielle et spirituelle.

 

2. La civilisation, depuis ses premiers balbutiements jusqu'au silence assourdissant de nos mégalopoles 

 

Suivre le parcours intellectuel de Marie Dekerle depuis ses études de Lettres jusqu’à Outreville (l’ensemble de paysages urbains présenté aujourd’hui au musée Prigorja et à l’Institut culturel français de Zagreb), c’est en quelque sorte aller de l’Alpha à l’Oméga, c’est envisager la civilisation, l’humanité, depuis ses premiers balbutiements jusqu’au silence assourdissant de nos mégalopoles. Encore étudiante, le peintre s’est intéressée à la diversité des langues indo-européennes, à ce qui les unissait, ce qui les différenciait, en un mot à la richesse des langues en devenir et à leurs rapports aux sociétés qui les généraient. Mais ses activités d’éditrice, sa connaissance de la gestion et de l’économie, lui ont fait jeter un tout autre regard sur la société qui l’entourait et sur celle dont elle pressentait l’évolution. Si, dans le monde antique ou primitif, les sociétés se différenciaient et si cela se marquait par les évolutions linguistiques et leurs sensibles différences, le peintre observe l’actuel phénomène de mondialisation qui tend à gommer les différences et offre partout une même image, un même langage. Les peintures de Marie Dekerle reflètent cette évolution qui se traduit par des résonances et de troublantes similitudes : les œuvres se font écho, mais varient par le choix des couleurs, des contrastes et la forme des villes, « chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre ».

 

En Outreville, nulle présence humaine immédiatement visible, nul bruit, le silence, car si les premières civilisations se sont aidées de l’image pour accéder à l’écriture, transcrire les discours, échanger, ou créer le rêve, le monde actuel, nourri, gorgé, étouffé d’images, s’en sert à l’inverse pour remplacer le discours, l’échange et crée ainsi le silence au sein des sociétés.

 

3. Une présence cachée, muette, invisible, mais certaine

 

Le visiteur attendait la solide architecture bien bétonnée des buildings modernes et trouve un monde ouvert de fenêtres que ne soutient plus aucun mur. Où sont les solides remparts mycéniens ? Comment se fier à un tel univers ? Le peintre, à travers ses représentations des cités d’aujourd’hui, nous alerte, mais à la fois nous entraîne dans un univers quasi onirique et compense par la richesse de couleurs lumineuses, l’angoissant silence du monde fragile voué à la destruction, à la disparition, que suggèrent la transparence des glacis et leurs coulures.

 

Pourtant, dans ces cités peu rassurantes, la vie existe, omniprésente, mais juste suggérée. Partout se signalent des « feux » dont les fenêtres, éclatants carrés ou rectangles, par un effet de clair-obscur, trahissent la présence cachée, muette, invisible, mais certaine. Le visiteur est rassuré : « La vie est là, simple et tranquille ». La puissance de cette lumière venue du fond d’une toile que l’artiste a d’abord revêtue d’une teinte claire et lumineuse, avant de progressivement créer, par la superposition de nombreux glacis, l’accession à l’obscurité et les contrastes d’une vision nocturne, nous donne à voir la multitude grouillante des grandes villes.

 

4. Mythe et poétique de la ville en Outreville

 

Les clairs-obscurs entraînent, selon les lignes de fuite du paysage, vers une sorte d’infini sidéral propre au peintre et à ses œuvres. Par l’impression d’éloignement, de lointain qu’elle donne à sa vision des villes d’aujourd’hui, elle crée la fascination, le rêve et projette le visiteur dans un autre univers, réponse aux inquiétudes et attentes de chacun. Un lien se tisse entre celui-ci et les toiles. Le spectateur, pris de vertige, demeure charmé du concert de ces visions successives qui prennent vie et, par leur symphonie, donnent une âme à la Poétique de la ville. Le peintre décline les couleurs, cherche les harmonies, anime des gammes lumineuses, les fait vibrer, chanter, en superposant les glacis. « Ut pictura poesis » enseigne le poète latin Horace, qui établit ainsi un lien étroit entre peinture et poésie, principe qu’illustre magistralement l’œuvre de Marie Dekerle.

 

Le peintre crée une image de la ville contemporaine ou idéalisée par la multiplication des aperçus qu’elle en offre. Les teintes, les pigments utilisés, les différencient, mais la multitude de fenêtres éclairées fait vivre d’un même battement de cœur des foules invisibles, et ces diverses évocations se fondent en une seule et même image. Formée aux Lettres classiques, Marie Dekerle a rêvé l’antique Troie, l’Athènes classique, la Rome triomphante et c’est tout naturellement que, créatrice d’œuvres d’art, à son tour, nourrie des œuvres d'Homère, de Virgile et des grands auteurs classiques, elle régénère la Ville. Un mythe urbain renaît sous le pinceau d’un peintre de la lumière, le Phénix qui renaît de ses cendres.